04.02.2014 MStG Le Cameroun

04/02/2014 09:42

suite au message de JCA sur la situation au Cameroun

 04.01.2014 MSt Germain

Le Cameroun

Nous sommes dans la Construction du Futur. La guerre éclate et Nous entretenons le Feu divin, le révélons là où Nous sommes reconnus. C’est à toi aujourd’hui à parler du Nouveau. Message ce midi.

Cameroun

Les Camerounais doivent se mobiliser pour que la guérilla n’infeste pas le Pays.

Les sélékas : ils n’auront pas le temps de s’étendre. Il faut défendre le Pays.

Nous comprenons les anti-balakas qui s’organisent. Ils auront le soutien de l’armée. Il faut tenir l’année. Le Gouvernement Camerounais doit prendre des mesures. Douala n’est pas en danger, mais Yaoundé : oui. Nous en avons assez dit.

Ce n’est pas seulement une provocation. Nous en avons déjà parlé. Tant que l’armée organisée ne sera pas sur pied : il y aura des exactions. Les Camerounais doivent s’unir pour défendre leur Terre.

JCA saura se faire entendre.

Une campagne nationale doit être menée sans retard. Il y a urgence pour fédérer l’esprit d’Unité du Cameroun. C’est ainsi que les Africains feront face : l’esprit d’Unité par-delà toutes les divergences.

Pour tous.

MStG, 04.02.2014 MA-SL

 

Mail de JCA 04.02.2014 2 h 40

Bonjour chers tous,
Je suis en mission à N'Djamena depuis samedi dernier  et j'en partirai le 11 février pour Malabo. Je pense fortement à vous et au Plan qui a atteint sa vitesse de croisière et,  malgré un emploi de temps suffisamment chargé,  ne manque aucune occasion de revenir aux Messages de la H.
Au Tchad il semblerait que les responsables politiques et militaires ne ratent aucune occasion pour faire comprendre aux français leur déception du manque de reconnaissance de la part de la France pour services rendus en Afrique et notamment au Mali!
Quant à la  RCA la situation reste préoccupante, confirmant les difficultés annoncées par MStG dans ses récents Messages. Les violences meurtrières entre chrétiens et musulmans n'ont pas cessé.
Les incursions des groupes armés  centrafricains se font régulières sur le territoire camerounais et certaines villes frontalières sont utilisées par les anti-Ballaka comme base arrière pour se mettre à l'abri des représailles des ex-Seleka. De là à ce que les combats se transportent sur le territoire camerounais il n'y a qu''un pas qu'il faut bien redouter.
Avec vous dans l'Amour Joyeux du G6,
JCA.