20.12.2013 Maître St Germain. Ce qui se passe en Centrafrique

20/12/2013 20:52

dialogue MStG-SL en soutien à nos soldats en Centrafrique, et pour confirmer l'engagement du Plan Divin révélé dans les messages de MStG et l'action de notre disciples à la CEMAC

 

20.12.2013 16 h 30 Maître St Germain

Ce qui se passe en Centrafrique

 

Ce qu’il en est ne peut durer. Liquider l’Armée française reviendrait à l’abandon de l’Afrique et personne ne le veut.

Ils sont forcés de trouver une solution.

Oui, c’est chaud. C’est très chaud !

SL : Si l’on donne raison aux milices musulmanes, c’en est fait des chrétiens, pourtant majoritaire à 85%.

MStG : C’est l’enjeu dont tout le monde est conscient. C’est le signe de la nécessité de se redresser. Nous avons bon espoir.

Abandonner l’Afrique, la Centrafrique est hors de propos.

La France se bat effectivement contre l’islamisme : au Mali, en RCA et au Soudan.

Nous en parlerons ce soir.

SL : et JCA : retour de la CEMAC à Bangui ?

MStG : S’ils perdaient pied en RCA, ils ont tout perdu. Les discussions vont bon train. La pression d’Israel est énorme.

Oui, il faut que la France soit à  Bangui, change la donne. C’est un réel espoir. Les présidents Africains ne sont pas dupes. Ils connaissent les enjeux, les vainqueurs et les vaincus.

La France défend – malgré ses accointances actuelles avec Israel et en contradiction avec son apparente vassalité – les valeurs de la France, maladroitement, certes, mais elle fait le jeu du Plan = planter les graines de la Nouvelle Humanité en Centrafrique.

Peu le comprendront. Les fruits ne sont pas récoltés dans l’apparente cacophonie des Etats. Mais c’est ce qui est.

SL : Tu connais mon cœur de soldat. Vont-ils au suicide ?

MStG : Non, ce n’est pas le but, ou c’est le fiasco complet et ce n’est pas comme cela que cela doit s’écrire. Fais ta part. Que JCA fasse sa part.

Aie confiance.

Tout est dit et son contraire. Ne te fie pas aux racontars. JCA ne sait pas tout. Il en sait plus par Nous que sur le terrain.

SL : Es-Tu d’accord pour les aider : répondre aux questions de l’Armée française ?

MStG : Oui, Je suis d’accord. Je ne les aiderai pas sur la stratégie locale, mais sur l’objectif : la voie, le but, ce qu’il faut privilégier coûte que coûte. Le bon camp. C’est entendu. Oui, fais une proposition.