17.01.2014 MStG Communiqué 3

18/01/2014 01:05

Fais les Rayons de toute l’Afrique sans retard.

17.04.2014 soir Maître St Germain

Communiqué 3

 

Nous sommes dans le summum de la bassesse, de toutes les bassesses et la révélation des mensonges et manipulation arrive à son point de non-retour : l’exaspération est générale. Le monde explose.

La France ne supportera pas indéfiniment une gestion aussi calamiteuse, et la pénurie aidant, il faudra repenser le système.

Les grands cataclysmes sont en cours, qui vont s’accélérer.

La Centrafrique ne devrait pas sombrer dans le chaos, mais faire face à une organisation ferme pour reprendre le chemin de la Paix. Unité – pensée nouvelle de Reconstruction. (Continue l’illumination des médias, incluant tous les partis politiques.)

La CEMAC à Bangui est toujours d’actualité. Que les disciples te soutiennent et tous ceux qui comprennent le Plan.

Lorsque Christ dit « le monde va à sa perte », cela devrait en faire réfléchir plus d’un. La tension est extrême. Le détonateur est enclenché. C’est une question de minutes.

Bachar est l’homme de la situation.

Poutine est l’homme de la situation.

Angela Merkel aussi.

Le Général al-Sissi aussi.

Ce qui vient de se passer en Centrafrique :

Des décisions contraignantes pour l’élection, après l’éviction d’Alexandre Nguendet, ouvrent la voie à un durcissement dans l’engagement du Futur et obligatoirement coupe l’herbe sous le pied de tous ceux capables de diriger le Pays. On va droit à un système militaire garantissant la Paix sans avancée probante dans les décisions du Peuple. Le Peuple est, quoi qu’on en dise, muselé par des groupuscules qui rêvent de pouvoir. Ils sont sans formation ni compétence. A ce jeu le Colonel G va rester longtemps en place. L’élection ne sera qu’une mascarade et c’est lui qui sauvera les meubles.

Le retour de la CEMAC à Bangui est toujours d’actualité. C’est Notre vœu le plus cher. Mais les nouvelles conditions imposées au CNT remettent en question ce qui était engagé avec l’élection de A.Nguendet. Cela pèsera lourdement dans les libertés individuelles, parce que la Paix n’est pas encore dans les consciences, et que cela profite aux fauteurs de troubles.

L’acte n’est pas irréparable, mais contraignant. La responsabilité en revient clairement aux partis politiques contestataires. L’innovation n’est pas pour demain.

La Centrafrique est un Pays affaibli et doit s’unir à travers ses différents courants politiques en un seul groupe, quelles que soient les provocations.

L’exemple de la Syrie devrait en faire réfléchir plus d’un.

Chaque faux-pas est un drame potentiel. Nous sommes dans la période-clé du Changement, il ne faudrait pas se tromper de cible : défaire ce qui est à construire.

J’insiste parce que l’heure est grave.

-Oui, tu peux envoyer le lien à plusieurs journaux de Bangui. Armel Doubanne : c’est un homme très bien, oui, envoie-lui le lien. Mais ce qui est fait n’est pas réparable.-

Oui, les naïfs, les extrémistes, les idéalistes inexpérimentés sont la cible privilégiée pour ceux qui manipulent. Si on voulait affaiblir les chances de la RCA, on n’aurait pas fait mieux. Ils doivent apprendre les conséquences de leur acte et ne pas se plaindre de ce qu’ils vont subir : une version simpliste du futur. Qu’ils mûrissent !

Après (le message envoyé) tu les laisses où ils sont. Tu ne t’en occupes plus.

Nous montrons Notre mécontentement pour que les gens comprennent ce qui est attendu d’eux : l’Unité et la Sagesse dans les actes.

Nous préserverons la Centrafrique du mieux que Nous pourrons, mais Nous avons besoin de l’aide des  hommes. Rien ne se fera sans eux.

Pour ce soir, Nous arrêtons. Tous les continents sont sous pression. L’acte des hommes est en cours.

MStG, 17.01.2014 soir MA-SL